THEATRE COMEDIE

Des Bouches à nourrir de et par Rodolphe Corrion

Deux contes décalés, étranges et rafraîchissants se jouent des idées reçues, divertissent autant qu’ils questionnent, avec pour armes le rire et les mots.

 

Ce sont deux courtes histoires dans lesquelles le mythe semble un fait divers et le fait divers se voudrait mythe pour mieux parler de la condition d'Homme qui a faim et doit se nourrir. Un diptyque sans thèse ni morale, miroir des sociétés humaines.

 

Tantale, roi mythologique, offre son fils, en repas aux dieux de l'Olympe, Ursula, femme d'affaires d'aujourd'hui, tente de retrouver l'appétit en nourrissant les affamés. Parviendront-ils, chacun dans leur projet insensé, à retrouver la sérénité tant désirée ? Avec un verbe drôle, cruel et poétique, les deux antihéros veulent sauver le monde de sa fringale !

 

La presse en parle : Seul en scène, Rodolphe Corrion incarne avec exactitude la chair de ses deux personnages, et nous montre surtout une Ursula très crédible et extrêmement amusante qui fait du deuxième tableau un plat théâtral exquis. En réponse au premier, le tout forme un spectacle plaisant autour d'un sujet qui nous parle à tous. in Sortir à Paris, 11 avril 2013.

Tarifs: 16 € - Tarif reduit: 12 €
Durée: 90 mn

Partager

Des Bouches à nourrir de et par Rodolphe Corrion

THEATRE COMEDIE

Tarifs: 16 € - Tarif reduit: 12 €
Durée: 90 mn

Deux contes décalés, étranges et rafraîchissants se jouent des idées reçues, divertissent autant qu’ils questionnent, avec pour armes le rire et les mots.

 

Ce sont deux courtes histoires dans lesquelles le mythe semble un fait divers et le fait divers se voudrait mythe pour mieux parler de la condition d'Homme qui a faim et doit se nourrir. Un diptyque sans thèse ni morale, miroir des sociétés humaines.

 

Tantale, roi mythologique, offre son fils, en repas aux dieux de l'Olympe, Ursula, femme d'affaires d'aujourd'hui, tente de retrouver l'appétit en nourrissant les affamés. Parviendront-ils, chacun dans leur projet insensé, à retrouver la sérénité tant désirée ? Avec un verbe drôle, cruel et poétique, les deux antihéros veulent sauver le monde de sa fringale !

 

La presse en parle : Seul en scène, Rodolphe Corrion incarne avec exactitude la chair de ses deux personnages, et nous montre surtout une Ursula très crédible et extrêmement amusante qui fait du deuxième tableau un plat théâtral exquis. En réponse au premier, le tout forme un spectacle plaisant autour d'un sujet qui nous parle à tous. in Sortir à Paris, 11 avril 2013.

Partager