Mise en scène : Caroline Melerski - Traduction Eric Kahane
Avec Julien Massetti et Caroline Melerski

THEATRE CONTEMPORAIN

Une petite douleur Harold Pinter

L’arrivée d’une guêpe fait voler en éclat la sphère sécurisée d’un couple. Mais ce n’est que l’annonce d’un deuxième intrus autrement plus dérangeant !

 

La journée d’un couple commence comme tous les jours, sans agitation ni communication. L’arrivée d’une guêpe fait voler en éclat cette routine. Mais elle n’est que le signal avant-coureur d’un deuxième intrus... Dans l’espoir de comprendre sa présence, de le faire parler, de le faire disparaitre, Flora et Edouard dévoilent leurs secrets les plus sombres.

 

La « menace permanente » est caractéristique de l’oeuvre de Pinter, né en 1930 dans une famille d’origine russe et juive, marqué par la guerre, livré à la haine des gens de son quartier. Dans ses premières pièces, elle venait de l’extérieur. Plus tard, elle émerge de la constellation familiale des personnages et de leurs états mentaux. Une petite douleur lie ces deux types de menace.

Tarifs: 16 € - Tarif reduit: 12 €
Durée: 75 mn

Partager

Une petite douleur Harold Pinter

THEATRE CONTEMPORAIN

Mise en scène : Caroline Melerski - Traduction Eric Kahane
Avec Julien Massetti et Caroline Melerski

Tarifs: 16 € - Tarif reduit: 12 €
Durée: 75 mn

L’arrivée d’une guêpe fait voler en éclat la sphère sécurisée d’un couple. Mais ce n’est que l’annonce d’un deuxième intrus autrement plus dérangeant !

 

La journée d’un couple commence comme tous les jours, sans agitation ni communication. L’arrivée d’une guêpe fait voler en éclat cette routine. Mais elle n’est que le signal avant-coureur d’un deuxième intrus... Dans l’espoir de comprendre sa présence, de le faire parler, de le faire disparaitre, Flora et Edouard dévoilent leurs secrets les plus sombres.

 

La « menace permanente » est caractéristique de l’oeuvre de Pinter, né en 1930 dans une famille d’origine russe et juive, marqué par la guerre, livré à la haine des gens de son quartier. Dans ses premières pièces, elle venait de l’extérieur. Plus tard, elle émerge de la constellation familiale des personnages et de leurs états mentaux. Une petite douleur lie ces deux types de menace.

Partager